Formations    Médiathèque  

MÉDIATHÈQUE MYRTÉA FORMATIONS

Accueil Médiathèque > Monographies > Plantes

MONOGRAPHIE PLANTE
Camellia sinensis (L.) Kuntze

La version complète de cette monographie est disponible dans les formations Myrtéa



Autres désignations botaniques
Thea sinensis


Désignations vernaculaires
Théier


Camellia sinensis (L.) Kuntze
Désignation anglaise
Common tea


Partie utilisée
Jeunes feuilles non fermentées (thé vert) ou fermentées
(thé noir)


Origines courantes
Inde, cultivée en Asie, Afrique de l'Est, Amérique du
Sud


Classification botanique
Règne : Plantae
Division : Magnoliophyta
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Theales
Famille : Theaceae
Genre : Camellia


Habitat et description botanique
Il s'agit d'un arbuste qui peut atteindre 15 m de haut à l'état sauvage, mais ne dépassant pas 1,5 m en culture. Ses feuilles persistantes, oblongues, vert foncé, sont tendres et recouvertes d'un duvet lorsqu'elles sont jeunes et coriaces et glabres quand elles sont plus âgées. Les fleurs blanches à 5 pétales, parfois plus (3 cm) et à nombreuses étamines jaunes sont odorantes. Elles ressemblent à celles du Camélia, autre plante de la même famille. Les fruits sont des capsules trigones contenant une ou deux graines. Ses racines ont la particularité de s'enfoncer loin dans le sol, jusqu'à 6 m de profondeur.
Il pousse sous des climats chauds, ensoleillés et humides, avec des pluies régulières. On le retrouve jusqu'à 3500 m d'altitude.


Période de cueillette
En général, la cueillette des bourgeons et premières feuilles est effectuée sur des arbustes d'au moins 3 à 5 ans. La concentration en composés phénoliques est maximum en été.


Mythologie / histoire / anecdotes et vertus tradionnelles
On retrouve des traces d'utilisation du thé en Asie depuis plusieurs millénaires, voire depuis bien plus longtemps encore. Selon une légende, le premier empereur chinois Quin (220 avant J.-C.) buvait une tasse d'eau chaude le soir dans son jardin, des feuilles de thé s'y mêlèrent et il trouva la boisson parfumée et bienfaisante. Bien avant d'être utilisé sous forme d'infusion à partir du XIVème siècle, il a d'abord été préparé comme un gâteau de feuilles écrasées puis bouillies avec d'autres aliments ou comme potion médicinale, puis sous forme de feuilles compressées ("briques") bouillies, et en décoction. Son importation en Europe date du début du XVIIème siècle, mais d'abord réservé aux intellectuels.
En Asie, la préparation du thé est un réel art, aux côtés de la peinture, de la poésie ou autre.
Il est aujourd'hui la deuxième boisson consommée après l'eau dans le monde.


Constituants biochimiques
- Tanins condensés catéchiques (en plus grande quantité dans le thé vert) et hydrolysables galliques : gallate d'épigallocatéchine (EGCG)
- Flavonoïdes
- Théaflavines (surtout dans le thé noir) (plus les feuilles sont jeunes, plus elles sont riches en dérivés phénoliques)
- Bases puriques (alcaloïdes) : caféine (plus importante dans le thé noir), théine
- Bases xanthiques : théophylline, théobromine
- Acides phénols
- Huile essentielle
- Vitamines : B1, B2, C, E
- Minéraux et oligo-éléments : potassium, magnésium, fluor, etc.
- Acides aminés (nombreux)br/>

Propriétés organoleptiques
Odeur : herbacée, parfois d'algue
Saveur : amère, astringente, notes très variables selon les thés


Camellia sinensis (L.) Kuntze
Propriétés en aromathérapie scientifique
Voie interne :
- Tonifiant, stimulant du SNC
- Hypertenseur
- Vasodilatateur
- Active la circulation sanguine
- Inhibe l'agrégation plaquettaire
- Améliore la mémoire et la concentration
- Astringent
- Anti-diarrhéique
- Diurétique
Vertus particulières du thé vert :
- Puissant anti-oxydant
- Angio-protecteur
- Anti-inflammatoire
- Immuno-stimulant
- Lipolytique
- Accélère le métabolisme et l'oxygénation des tissus
- Antibactérien
Voie externe :
- Anti-prurigineux
- Anti-inflammatoire
- Anti-microbien


Indications traditionnelles
Voie interne :
- Fatigue générale et intellectuelle, asthénie, prévention de l'anémie
- Troubles digestifs
- Diarrhée
- Hypotension orthostatique
Indications particulières du thé vert :
- Obésité, surpoids, dans les cures amaigrissantes
- Prévention des risques cardio-vasculaires (infarctus, AVC, athérosclérose), du diabète, réduit l'excès de cholestérol
- Prévention des maladies neuro-dégénératives (Parkinson, Alzheimer)
- Prévention des cancers
Voie externe :
- Démangeaisons cutanées
- Fatigue oculaire
- Donne de l'éclat aux cheveux
- Affections buccales, angines

Conseils d'utilisation / Posologie courante
Voie interne (thé vert de préférence) :
- En infusion
- En gélules de poudre de feuilles : pour les cures amaigrissantes notamment
Voie externe :
- En bains de bouche ou gargarismes (infusion) : maux de gorge, infections de la sphère buccale.
- En compresses (infusion) : sur les yeux fatigués.


Précautions d'emploi / Contre-indications
- Pas de toxicité connue.
- Chez les gros buveurs de thé noir (plusieurs litres par jour), des symptômes peuvent apparaître : palpitations, excitation, tremblements, vertiges, troubles digestifs (nausée, vomissements, dyspepsie), cauchemars, amaigrissement, etc.
- Déconseillé en cas d'hypertension artérielle.
- La consommation de thé inhibe partiellement l'absorption du fer, surtout d'origine végétale.


En savoir plus
Traditionnellement, les thés sont classés par couleur qui varie selon leur degré de fermentation (qui est une oxydation enzymatique partielle obtenue par flétrissage et malaxage, ayant une action sur les phénols). Cette fermentation, ainsi que la variété et la saison de récolte, modifie la composition du thé, son aspect, son odeur et son goût. Il en existe 6 sortes (parfois moins selon les sources) :
- Les thés blancs : non fermentés (les moins transformés, seulement flétrissage et dessiccation)
- Les thés verts : non fermentés
- Les thés bleu-vert (wulong) : partiellement fermentés
- Les thés jaunes : partiellement fermentés
- Les thés rouges : fermentés (en Occident, connus sous le terme de thé noir ; le "thé rouge" étant le Rooibos qui n'est pas du thé mais issu d'une autre plante (Aspalathus linearis) qui pousse en Afrique du Sud.
- Les thés noirs : post-fermentés
D'autre part, les thés de qualité sont toujours issus de la cueillette des bourgeons et au maximum des trois premières feuilles d'arbustes de haute altitude.


À retenir
Le thé est utilisé couramment comme boisson et fait partie intégrante de l'alimentation dans certaines cultures. Il est réputé comme tonifiant (notamment du système nerveux), astringent en cas de diarrhée et diurétique. Le thé vert est à privilégier pour ses vertus médicinales particulières, anti-oxydant puissant, anti-inflammatoire, lipolytique, angio-protecteur notamment. Il est un allié des régimes amaigrissants, mais aussi en prévention des maladies cardio-vasculaires et neuro-dégénératives.


Références / Bibliographie
- L’herboristerie – Manuel pratique de la santé par les plantes–Patrice de Bonneval–Editions désiris
- Traité pratique de phytothérapie–Dr. Jean-Michel Morel–Editions Grancher
- De la lumière à la guérison, la phytothérapie entre science et tradition–P. Depoërs, F. Ledoux, P. Meurin–Editions Amyris




 VOIR SUR
OSHADHI-MYRTÉA.COM



Les informations proposées dans la Médiathèque Myrtéa formations sont synthétisées notamment à partir de livres de référence et ne doivent en aucun cas se substituer à un avis médical ou servir d'outil de diagnostique.




Cette monographie vous a plu ? Votez pour elle !

  • Currently 0.00/5

0.0/5 (0 votes)