Formations    Médiathèque  

MÉDIATHÈQUE MYRTÉA FORMATIONS

Accueil Médiathèque > Monographies > Plantes

MONOGRAPHIE PLANTE
Allium cepa L.

La version complète de cette monographie est disponible dans les formations Myrtéa



Désignations vernaculaires
Oignon, Ognon, Oignon commun, Oignon blanc, jaune ou
rouge


Allium cepa L.
Désignation anglaise
Onion, bulb onion, common onion


Partie utilisée
Bulbe


Origines courantes
Originaire d'Asie occidentale, cultivé dans le monde
entier, Europe, France


Classification botanique
Règne : Plantae
Division : Magnoliophyta
Classe : Liliopsida
Ordre : Liliales
Famille : Liliaceae
Genre : Allium


Habitat et description botanique
L'oignon possède une tige réduite à l'état de bulbe souterrain (réserve gorgée d'eau) composé de multiples couches de feuilles, muni de courtes racines à l'aspect de barbe hirsute. L'été de la deuxième année, la tige s'élève, elle est creuse, ronde et conique. Celle-ci porte au sommet une ombelle globuleuse de toute petites fleurs blanches ou rosées. Grâce au soufre, il projette ses graines au sec, vers la lumière.


Période de cueillette
Selon la variété, la période de récolte peut varier. Les oignons blancs se récoltent le plus tôt, en général au mois de mai, avant leur pleine maturation. Les variétés d'hiver se récoltent lorsque les parties aériennes ont bien séché.
Il affectionne les sols légers, sableux et peu argileux et aime les endroits ensoleillés. Il pousse dans les régions tempérées.


Mythologie / histoire / anecdotes et vertus tradionnelles
Probablement originaire d'Asie occidentale, il est cultivé depuis plusieurs millénaires dans le monde et consommé comme légume. Sur le plan médicinal, Hippocrate, Dioscoride et Pline appréciaient ses vertus diurétiques. Hildegarde de Bingen le déconseillait aux personnes ayant un estomac fragile du fait de la chaleur humide de l'oignon cru. Ainsi, au Moyen-âge, il était indiqué aux "complexions froides, chez qui il provoque l'urine et donne un ventre sain". Avec l'échalote et l'ail, il était considéré par les médecins arabes comme un grand remède aphrodisiaque. Son jus était aussi préconisé pour faire pousser les cheveux en cas de calvitie et les cataplasmes censés soulager la douleur.
Au Moyen-âge, on lui attribuait également le pouvoir de repousser les maladies, c'est pourquoi on accrochait des bottes d'oignons sur les portes des maisons. On lui a aussi associé comme symboles le courage, la puissance et l'intelligence.
Chez les "Chtis", il est habituel de consommer le matin, après une nuit de festivités, une bonne soupe à l'oignon pour endiguer la gueule de bois.


Constituants biochimiques
- Huile essentielle riche en composés sulfurés
- Flavonoïdes : quercétine
- Insuline végétale : glucokinine
- Phosphate de chaux, sels de sodium et potassium
- Vitamines A, B, C
- Inuline
- Prostaglandines


Propriétés organoleptiques
Odeur : caractéristique, puissante
Saveur : caractéristique, forte


Allium cepa L.
Propriétés en aromathérapie scientifique
Voie interne :
- Diurétique, facilitant l'élimination de l'urée et des chlorures
- Dépuratif cutané
- Hypo-glycémiant
- Hypo-lipémiant
- Cholagogue et colérétique
- Carminatif
- Laxatif
- Antiseptique
- Vermifuge
- Améliorant la qualité de la flore intestinale
- Décongestionnant du petit bassin
- Régulateur de la tension artérielle
- Fluidifiant du sang, anti-agrégant plaquettaire et fibrinolytique
- Emménagogue
- Stimulant physique, sexuel
Voie externe :
- Antibactérien
- Vulnéraire


Indications traditionnelles
Voie interne :
- Infections d la sphère ORL : rhumes, bronchites, angines
- Prévention du syndrome métabolique, hyperglycémie (adjuvant en cas de diabète de type II), prévention des maladies cardio-vasculaires et thromboses, hyperlipidémie (inhibe l'oxydation des LDL), surpoids
- Troubles digestifs, douleurs abdominales, coliques
- Cystites, notamment à répétitions, troubles rénaux
- Syndrome prémenstruel (prise de poids, gonflement des seins)
- Manque de vitalité physique ou sexuelle
Voie externe :
- Affections cutanées : abcès, panaris, furoncles, brûlures, plaies
- Hémorroïdes
- Foulures


Conseils d'utilisation / Posologie courante
Voie interne :
- Le bulbe se consomme cru ou légèrement cuit en cas de susceptibilité gastrique.
- En sirop : pour les troubles de la sphère ORL.
- Cuit dans du lait : en cas de troubles ORL et digestifs.
- En teinture-mère ou extrait fluide : pour fortifier l'organisme et stimuler les systèmes respiratoire et digestif.
- En extrait sec
- En huile essentielle
Voie externe :
- En cataplasmes d'oignons : frais, pour soulager les douleurs liées aux hémorroïdes et cuit pour les affections cutanées (avec un peu d'huile d'olive en cas de brûlures).


Précautions d'emploi / Contre-indications
- Il peut provoquer des troubles digestifs (liés à la présence de disulfures irritants), cependant, cela ne doit pas faire arrêter la cure, c'est comme une "crise curative" préliminaire à l'amélioration de l'état. Cependant, les dosages peuvent être revus si besoin ou la forme galénique adaptée.


En savoir plus
Dès que l'oignon est entaillé, les sulfoxydes qu'il contient, formés à partir de la cystéine, se transforment en disulfures, composés très irritants responsables du larmoiement qu'il provoque chez celui qui l'épluche et le découpe...


À retenir
L'oignon, grâce à ses composés soufrés, est intéressant pour stimuler et assainir les voies respiratoire et digestive. Il a des vertus diurétique et décongestionnant du petit bassin très intéressantes. Il est également hypo-glycémiant et hypo-lipémiant, indiqué dans les troubles métaboliques. Il tonifie l'organisme en général. Il est recommandé d'en consommer régulièrement cru ou légèrement cuit en cas d'estomac fragile.


Références / Bibliographie
- L’herboristerie – Manuel pratique de la santé par les plantes–Patrice de Bonneval–Editions désiris
- Traité pratique de phytothérapie–Dr. Jean-Michel Morel–Editions Grancher
- De la lumière à la guérison, la phytothérapie entre science et tradition–P. Depoërs, F. Ledoux, P. Meurin–Editions Amyris




 VOIR SUR
OSHADHI-MYRTÉA.COM



Les informations proposées dans la Médiathèque Myrtéa formations sont synthétisées notamment à partir de livres de référence et ne doivent en aucun cas se substituer à un avis médical ou servir d'outil de diagnostique.




Cette monographie vous a plu ? Votez pour elle !

  • Currently 0.00/5

0.0/5 (0 votes)