Formations    Médiathèque  

MÉDIATHÈQUE MYRTÉA FORMATIONS

Accueil Médiathèque > Monographies > Plantes

MONOGRAPHIE PLANTE
Juglans regia L.

La version complète de cette monographie est disponible dans les formations Myrtéa



Désignations vernaculaires
Noyer, Noyer commun, Noyer de Grenoble, Noyer royal,
Calottier, Ecalonnier, Gojeutier, Gauguier, Gland de
Jupiter, Acajou d'Europe


Juglans regia L.
Désignation anglaise
Walnut


Partie utilisée
Feuilles


Origines courantes
Originaire d'Asie centrale (Iran), on le trouve en Grèce,
Italie, France


Classification botanique
Règne : Plantae
Division : Magnoliophyta
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Juglandales
Famille : Juglandaceae
Genre : Juglans


Habitat et description botanique
Il s'agit d'un arbre monoïque qui peut mesurer jusqu'à 25 m de haut et vivre plusieurs centaines d'année, à écorce lisse gris clair qui se fissure au bout de quelques dizaines d'années. Ses feuilles alternes sont composées imparipennées, de 7 à 9 folioles ovales assez grandes, glabres et coriaces, évoluant de rougeâtre à vert. Les fleurs mâles sont groupées en chatons verts pendants et allongés sur la partie supérieure des rameaux de l'année précédente, les fleurs femelles apparaissent plus tard, souvent groupées par 2, et forment un épi court à l'extrémité des nouvelles pousses de l'année. Le fruit est une drupe verte avec une partie charnue ("brou") qui libère la "noix" munie d'une coque épaisse à maturité, elle-même renfermant les "cerneaux" oléagineux comestibles. Les fruits sont à maturité à l'automne.
Souvent solitaire, il a besoin d'espace et de lumière.


Période de cueillette
La cueillette des feuilles se fait de préférence en début d'été.


Mythologie / histoire / anecdotes et vertus tradionnelles
"Juglans" vient du latin "Jovis Glans" qui signifie "Gland de Jupiter" et "regia" (latin) signifie "royal", par comparaison avec le gland du chêne, la noix a des vertus nutritives exceptionnelles. La partie charnue extérieure du fruit, appelée "brou de noix", n’est pas consommable mais est utilisée pour la teinture. Le bois dur est recherché pour réaliser des meubles et pour la sculpture.
Pour les Romains, le Noyer était associé à l’enfer et à Perséphone. Au Moyen-Age, le sabbat des sorcières se déroulait sous un noyer, celui-ci n’étant pas touché par la foudre. Une croyance populaire dit qu’il est dangereux de s’assoupir sous un noyer, les racines de l’arbre dégageant en effet une substance toxique pour les autres plantes qui pourrait donner des maux de tête à l’Homme.
Mais il était aussi considéré comme symbole de fécondité. Dans le Cantique des Cantiques, il est le symbole des épousailles. Pour Saint Augustin, l'écorce et la coque sont le symbole du bois, de la croix et de la chair du Christ et les cerneaux sont "le contenu de la révélation divine".
Les feuilles sont utilisées depuis longtemps pour leurs vertus stimulantes, dépuratives (notamment dans les affections de la peau), stomachiques, antibactériennes (pour traiter l'anthrax ou "maladie du charbon"), mais aussi comme antidote des venins (serpent), antiparasitaire et insectifuge. Cazin les préconisait dans la scrofule (avec un badigeonnage à la teinture d'iode), en cas de ténia. Le "brou" de noix aurait les mêmes vertus que les feuilles et serait également réputé comme vermifuge. Le noyer fournit également une huile riche en oméga-3, oméga-6 et vitamine E, excellente pour le bon fonctionnement du cerveau (théorie des signatures avec l'aspect des cerneaux rappelant les hémisphères cérébraux).


Constituants biochimiques
- Tanins ellagiques
- Quinones : naphtoquinones (hydrojuglone, juglone)
- Flavonoïdes : hypéroside, quercétine, quercitroside, kaempférol
- Acides phénols : acide caféique, acide gallique, acide salicylique, acide chlorogénique
- Huile essentielle
- Vitamine C


Propriétés organoleptiques
Odeur : aromatique, caractéristique, forte, âcre au froissage
Saveur : astringente, amère


Juglans regia L.
Propriétés en aromathérapie scientifique
Voie interne :
- Astringent
- Dépuratif
- Stomachique
- Antibactérien, antifongique, vermifuge
- Tonifiant, stimulant, reconstituant
- Hypo-glycémiant
- Veinotonique
Voie externe :
- Antiseptique, antibactérien, antifongique
- Anti-prurigineux
- Antalgique, anti-inflammatoire
- Renforce la kératine de la peau


Indications traditionnelles
Voie interne :
- Diarrhée
- Engorgement hépato-pancréatique, insuffisance pancréatique, pancréatites chroniques
- Troubles digestifs post-antibiothérapie
- Dysbiose intestinale, déséquilibre de la flore intestinale, inflammations gastro-intestinales, rectocolite, maladie de Crohn
- Vers intestinaux
- Diabète léger
- Hyper-cholestérolémie, athérosclérose
- Hypertension artérielle
- Insuffisance veineuse et lymphatique, hémorroïdes
Voie externe :
- Dermatoses : acné, eczéma, psoriasis, ulcère cutané, impétigo, herpès
- Coups de soleil, brûlures légères
- Hyper-sudation des mains et pieds
- Démangeaisons et desquamation du cuir chevelu, pellicules, chute de cheveux
- Maux de gorge
- Leucorrhées
- Rhumatismes


Conseils d'utilisation / Posologie courante
Voie interne :
- En infusion : une cuillère à soupe de feuilles séchées finement divisés pour une tasse, infuser 5 à 10 min, boire 3 à 4 tasses par jour. En cas de diarrhée, boire une tasse toutes les heures pendant la crise, et 3 tasses par jour en cas de diarrhée chronique.
- En teinture-mère ou extrait fluide : 30 à 40 gouttes dans un peu d'eau (TM) matin et soir.
- En gemmothérapie : dans les diarrhées post-antibiotiques, notamment chez les enfants.
- En fleur de Bach (Walnut).
Voie externe :
- En décoction (50 g par litre d'eau) : en compresses locales en cas d'affections cutanées, en bain de mains et de pieds en cas d'hyper-sudation.
- En extrait fluide incorporé dans une crème, un gel : en cas de dermatoses.
- En gargarisme (infusion) : en cas de maux de gorge.
- En injection vaginale (infusion) : en cas de leucorrhées.


Précautions d'emploi / Contre-indications
- Aucune connue aux doses préconisées.


En savoir plus
Edward Bach disait du noyer (Walnut en fleur de Bach) qu'il "apporte son aide à tous ceux qui ont décidé de faire un pas en avant, de briser les conventions caduques, de tourner le dos aux entraves qui n'ont plus de justification et de recommencer à zéro."


À retenir
Les différentes parties du noyer ont de nombreuses vertus, ses feuilles en ont aussi de nombreuses sur le plan médicinal. Astringentes et dépuratives, elles sont notamment intéressantes en cas de diarrhée et de dermatoses. Elles sont actives pour les troubles du métabolisme (diabète, excès de cholestérol) et sur la sphère hépato-pancréatique. Elles ont aussi des vertus anti-infectieuses et aident à rééquilibrer la flore intestinale.


Références / Bibliographie
- Traité pratique de phytothérapie–Dr. Jean-Michel Morel–Editions Grancher
- Se soigner par les plantes–Dr Gilles Corjon–Editions Jean-Paul Gisserot
- De la lumière à la guérison, la phytothérapie entre science et tradition–P. Depoërs, F. Ledoux, P. Meurin–Editions Amyris




 VOIR SUR
OSHADHI-MYRTÉA.COM



Les informations proposées dans la Médiathèque Myrtéa formations sont synthétisées notamment à partir de livres de référence et ne doivent en aucun cas se substituer à un avis médical ou servir d'outil de diagnostique.




Cette monographie vous a plu ? Votez pour elle !

  • Currently 5.00/5

5.0/5 (1 vote)