Formations    Médiathèque  

MÉDIATHÈQUE MYRTÉA FORMATIONS

Accueil Médiathèque > Monographies > Plantes

MONOGRAPHIE PLANTE
Salvia officinalis L.

Plante majeure

La version complète de cette monographie est disponible dans les formations Myrtéa



Désignations vernaculaires
Sauge officinale, Sauge commune, Grande sauge,Sauge
médicale, Herbe sacrée, Thé sacré, Thé de Provence,
Thé d'Europe "Toute bonne"


Salvia officinalis L.
Désignation anglaise
Garden sage, common sage, golden sage, kitchen sage,
dalmation sage, true sage


Partie utilisée
Feuilles


Origines courantes
Bassin méditerranéen, France, Espagne,
Turquie, Afrique du Nord


Classification botanique
Règne : Plantae
Division : Magnoliophyta
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Lamiales
Famille : Lamiaceae
Genre : Salvia


Habitat et description botanique
Cette plante très ramifiée peut atteindre 50 à 80 cm de haut, avec une tige carrée caractéristique des Lamiacées, lignifiée à la base. Ses feuilles sont opposées, oblongues, veloutées, rugueuses au toucher, à bords très finement denticulés, aux multiples nervures qui sont saillantes sur la face inférieure, de couleur vert pâle, légèrement gris-blanchâtre. Les jolies fleurs de couleur bleu violet à rose en épis font leur apparition vers le mois de mai et restent ouvertes le temps d'un été. Les fruits sont des tétrakènes.
Elle aime les lieux ensoleillés et secs, des sols calcaires, caillouteux et bien aérés de préférence, et vit en général à une altitude inférieure à 800 m.


Période de cueillette
Les feuilles peuvent être ramassées tout au long de l'année, de préférence au printemps un peu avant la floraison. Elles doivent sécher lentement afin de conserver tout leur arôme.


Mythologie / histoire / anecdotes et vertus tradionnelles
Salvia officinalis évoque Artémis, déesse lunaire de la chasse, symbole du principe féminin. L'origine du nom de la Sauge vient de « salvare » en latin qui signifie « sauver, guérir ». Elle est utilisée depuis l'Antiquité et reconnue pour ses nombreuses vertus, des propriétés digestives au soin des problèmes de peau, les anciens lui attribuaient des vertus de protection et de purification importantes que ce soit chez les Egyptiens, les Grecs, les Chinois, les Indiens… Toutes les traditions anciennes ont attribué à la sauge une action magique sur la conception. Elle était donnée aux femmes pour les rendre fertiles, notamment après de grandes épidémies pour faciliter la procréation et le repeuplement du pays. Elle entre dans la composition du célèbre « Vinaigre des quatre voleurs ». A cette époque, avec sa réputation de panacée, elle figure parmi les plantes sacrées. Aujourd'hui encore, sa réputation n'est plus à faire, on lui reconnaît des vertus antiseptique, tonique digestive, antispasmodique, antisudorale, elle est l'alliée des problèmes féminins. Elle est symbole de force et de santé. D'ailleurs, un célèbre dicton provençal est là pour nous le rappeler : « Qui a de la Sauge dans son jardin n'a pas besoin de médecin. »


Constituants biochimiques
- Flavonoïdes
- Acides phénols : acide rosmarinique
- Triterpènes
- Diterpènes : carnosol, rosmanol
- Diterpénols : salviol, manool
- Tanins
- Huile essentielle (camphre, thuyone)


Propriétés organoleptiques
Odeur : aromatique forte, fraîche, piquante, épicée, légèrement camphrée, balsamique
Saveur : aromatique, puissante, un peu épicée


Salvia officinalis L.
Propriétés en aromathérapie scientifique
Voie interne :
- Tonique et stimulante
- Antispasmodique
- Anti-sudorale
- Cholagogue et cholérétique
- Oestrogen-like
- Emménagogue
- Antibactérienne, antivirale, antifongique
- Antiseptique intestinal
- Anti-inflammatoire
- Astringente
- Antioxydante
- Ocytocique (facilite l'accouchement)
- Hypoglycémiante
Voie externe :
- Antiseptique
- Vulnéraire, cicatrisante
- Résolutive


Indications traditionnelles
Voie interne :
- Bouffées de chaleur de la ménopause, sueurs nocturnes, hypersudation
- Dysménorrhée, aménorrhée
- Préparation à l'accouchement
- Infections respiratoires : rhume, bronchite, maux de gorge, asthme, stomatite
- Troubles digestifs : ballonnements, digestion lente, dyspepsie, flatulences, diarrhée, putréfaction intestinale
- Asthénie, fatigue, convalescence
- Hypotension
- Hyperémotivité, états dépressifs, vertiges, tremblements, manque de confiance des jeunes femmes
- Diabète (adjuvant)
Voie externe :
- Aphtes, gingivite, névralgies dentaires, affections de la gorge
- Leucorrhées (notamment mycosiques)
- Douleurs rhumatismales
- Piqûres d'insectes
- Blessures, contusions, ulcères, escarres


Conseils d'utilisation / Posologie courante
Voie interne :
- En infusion : une cuillère à café pour une tasse, infuser 10 min, boire 3 à 4 tasses par jour. Boire une tasse au coucher en cas de sueurs nocturnes.
- En teinture-mère, alcoolature, extrait fluide : 30 à 40 gouttes 2 à 3 fois par jour dans un peu d'eau.
Pour les troubles gynécologiques, elle est plutôt conseillée pendant la première phase du cycle hormonal (phase oestrogénique ou folliculinique).
Voie externe :
- En gargarismes ou bains de bouche (infusion ou décoction) : en cas de problèmes buccaux ou maux de gorge.
- En huile essentielle (très faible dose, se référer aux précautions d'emploi).
- En bain de siège (infusion ou décoction) ou injection vaginale : en cas de leucorrhées.
- En bain (infusion ou décoction) : en cas de fatigue, pour tonifier l'organisme.


Précautions d'emploi / Contre-indications
- Déconseillée chez les femmes enceintes et allaitantes et les enfants de moins de 15 ans.
- Pas d'usage prolongé chez les femmes ayant des antécédents de cancers hormono-dépendants.
- Déconseillée chez les personnes souffrant de métrorragies, mastoses, hyperfolliculinie.
- Pas d'usage prolongé chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle.


En savoir plus
La sauge est avant tout une plante d'action glandulaire. Elle agit au niveau des glandes exocrines (antisudorifique, diminution de la sécrétion salivaire et de la lactation). Au niveau du système endocrinien, elle stimule les surrénales, a des vertus hypoglycémiantes et une action oestrogen-like. Elle stimule également la sécrétion biliaire et décongestionne le foie.
C'est aussi une grande plante de la sphère gynécologique. Elle est préconisée de préférence au cours de la première partie du cycle hormonal (phase oestrogénique ou folliculinique). En effet, la sécrétion ovarienne au cours de cette phase est primordiale pour le bon déroulement du cycle. A ce moment, les oestrogènes (dont l'oestradiol) sont libérés dans le sang, produisant un effet systémique avec rétrocontrôle positif sur l'hypothalamus et l'hypophyse, entraînant une sécrétion de LH et FSH qui produira l'ovulation lors du pic. Dans la seconde partie du cycle (phase progestéronique), il est possible de proposer des plantes comme l'achillée millefeuille ou l'alchémille, qui complèteront bien l'action de la sauge.


À retenir
La sauge, plante sacrée et considérée comme panacée a de bien multiples vertus. Tonique et stimulante, anti-infectieuse, elle redonne énergie aux organismes affaiblis, refroidis et malades. C'est également une grande plante des femmes par son action oestrogen-like. Elle est conseillée plutôt dans la première phase du cycle hormonal féminin. Elle est connue pour diminuer les phénomènes d'hypersudation, bouffées de chaleur de la ménopause, sueurs nocturnes. Elle favorise l'assainissement des intestins. Par voie externe, son action anti-inflammatoire, vulnéraire et antiseptique soulage aussi bien les problèmes cutanés que bucco-pharyngés.


Références / Bibliographie
- L’herboristerie – Manuel pratique de la santé par les plantes–Patrice de Bonneval–Editions désiris
- Traité pratique de phytothérapie–Dr. Jean-Michel Morel–Editions Grancher
- Se soigner par les plantes–Dr Gilles Corjon–Editions Jean-Paul Gisserot
- De la lumière à la guérison, la phytothérapie entre science et tradition–P. Depoërs, F. Ledoux, P. Meurin–Editions Amyris




 VOIR SUR
OSHADHI-MYRTÉA.COM



Les informations proposées dans la Médiathèque Myrtéa formations sont synthétisées notamment à partir de livres de référence et ne doivent en aucun cas se substituer à un avis médical ou servir d'outil de diagnostique.




Cette monographie vous a plu ? Votez pour elle !

  • Currently 5.00/5

5.0/5 (1 vote)