Formations    Médiathèque  

MÉDIATHÈQUE MYRTÉA FORMATIONS

Accueil Médiathèque > Monographies > Plantes

MONOGRAPHIE PLANTE
Scrofularia nodosa L.

La version complète de cette monographie est disponible dans les formations Myrtéa



Désignations vernaculaires
Scrofulaire noueuse, Herbe aux écrouelles, Grande
scrofulaire, Scrofulaire des bois, Orvale,
Agrouelle, Murraine


Scrofularia nodosa L.
Désignation anglaise
Figwort, woodland figwort, common figwort


Partie utilisée
Feuilles


Origines courantes
Hémisphère Nord (France sauf régions
méditerranéennes,
Europe, Asie occidentale, Amérique
septentrionale)


Classification botanique
Règne : Plantae
Division : Magnoliophyta
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Scrophulariales
Famille : Scrophulariaceae
Genre : Scrophularia


Habitat et description botanique
Cette plante herbacée à tige carrée mesure de 50 cm à 1,5 m de haut. Les feuilles sont opposées, cordiformes et à bords dentés. Ses rhizomes sont épais, bruns et noueux. L'inflorescence est une panicule étroite de fleurs brunes-rougeâtres à vertes. Le fruit est une capsule ovoïde contenant de nombreuses graines.
Elle pousse sur des sols riches dans les lieux humides et ombragés, on peut la trouver sur les berges des cours d'eau, en lisière de forêt.


Mythologie / histoire / anecdotes et vertus tradionnelles
Du latin "scrofulae", qui signifie "scrofule" et "nodosa", en lien avec la forme (nodosités) de son rhizome. Elle tire son nom de son utilisation traditionnelle aux XVIème et XVIIème siècle pour traiter la scrofule, une infection chronique des ganglions lymphatiques dans le cou, ceux-ci ressemblant à la forme bulbeuse de ses rhizomes ; elle était également utilisé pour soulager les hémorroïdes.
Aujourd'hui elle montre un intérêt croissant pour ses vertus anti-inflammatoires dues à des composés similaires à ceux que l'on retrouve dans l'Harpagophytum (harpagoside, harpagide), et dont elle peut être une alternative intéressante en cas de douleurs articulaires.


Constituants biochimiques
- Iridoïdes : harpagoside, harpagide, procumboside
- Flavonoïdes
- Anthraquinones : rhéine
- Acides phénols
- Glucosides cardiotoniques (retrouvés dans de nombreuses Scrophulariacées) : traces
- Saponosides
- Acides aminés


Propriétés organoleptiques
Odeur : fétide, peu agréable
Saveur : amère, de fumé


Scrofularia nodosa L.
Propriétés en aromathérapie scientifique
- Anti-inflammatoire
- Anti-arthrosique
- Dépurative, avec action spécifique sur les centres lymphatiques engorgés
- Tonique digestive, antispasmodique
- Anti-diabétique
- Vulnéraire, cicatrisante (voie externe)


Indications traditionnelles
- Douleurs articulaires, rhumatismales, notamment lorsque les articulations sont déformées et lorsqu'il y a épaississement de l'extrémité des os, arthrite psoriasique ; tendinites, lombalgies
- Mastoses fibro-kystiques
- Adénopathies chroniques, ganglions lymphatiques enflés lors d'une infection (notamment cou, tête), en particulier dans les maladies à virus lent (syndrome de fatigue chronique, cytomégalovirus, Epstein-Barr, VIH)
- Hémorroïdes
Affections cutanées (voie externe) : plaies atones, ulcères, dartres, coups de soleil, brûlures, érythème fessier, eczéma du visage ou du cuir chevelu, psoriasis, urticaire, boutons du torse et du dos, infections fongiques


Conseils d'utilisation / Posologie courante
Voie interne :
- En teinture-mère : 20 à 30 gouttes dans un peu d'eau, 2 à 3 fois par jour, 3 semaines par mois.
- En infusion (plante sèche) : 15 à 30 g par litre d'eau, boire 2 à 3 tasses par jour.
- En gélules de poudre de plante séchée.
Voie externe :
- En cataplasmes pour les troubles cutanés.
- En macérât huileux de plante sèche.


Précautions d'emploi / Contre-indications
- Du fait de la présence de composés modérément dépresseurs sur la fonction cardiaque (présents en plus grade quantité dans le rhizome), déconseillée en cas d'insuffisance cardiaque et de traitements pour le coeur.
- Déconseillée chez les femmes enceintes et allaitantes et chez les jeunes enfants.
- A éviter en cas de traitement anti-coagulant.
- A forte dose, elle peut entraîner des nausées, vomissements, irritations des intestins.
- Elle présente une toxicité à l'égard de certains animaux (entérite, hématurie).


En savoir plus
Eli Jones, médecin Américain du début du XXème siècle travaillant sur le cancer, a écrit “La scrofulaire est l'un des remèdes les plus appréciables que nous ayons dans le traitement du cancer dans ses états avancés, lorsqu'il y a des grosseurs dans le cou et les aisselles.". En effet, en cas de cancer, il est nécessaire de détoxifier l'organisme, et notamment le système lymphatique pour améliorer l'action du système immunitaire. Il a en outre été montré in vitro que la plante a un effet anti-cancer propre (anti-prolifératif, anti-néoplasique, stimulant l'apoptose notamment).


À retenir
La scrophulaire noueuse est une plante qui peut s'avérer une bonne alternative à l'Harpagophytum qui est en voie de disparition, en complément d'autres plantes, notamment dans les pathologies inflammatoires articulaires. Depuis de longue date, elle est aussi utilisée pour ses vertus dépuratives, notamment en cas de ganglions lymphatiques engorgés, et particulièrement au niveau du cou et la tête ainsi que dans les affections cutanées. Elle s'avère en outre efficace dans les mastoses fibro-kystiques.


Références / Bibliographie
- Traité pratique de phytothérapie–Dr. Jean-Michel Morel–Editions Grancher
- https://www.altheaprovence.com/blog




 VOIR SUR
OSHADHI-MYRTÉA.COM



Les informations proposées dans la Médiathèque Myrtéa formations sont synthétisées notamment à partir de livres de référence et ne doivent en aucun cas se substituer à un avis médical ou servir d'outil de diagnostique.




Cette monographie vous a plu ? Votez pour elle !

  • Currently 5.00/5

5.0/5 (1 vote)