Formations    Aromathèque  


AROMATHÈQUE MYRTÉA FORMATIONS

Accueil Aromathèque > Monographies

MONOGRAPHIE HUILE ESSENTIELLE
Rosmarinus officinalis verbenone

Plante majeure

La version complète de cette monographie est disponible dans les formations Myrtéa



Désignations vernaculaires
Romarin à verbénone, Romarin ABV,
Herbe aux couronnes, Encensier


Rosmarinus officinalis verbenone
Désignation anglaise
Rosemary (Verbenone)


Partie extraite
Sommité fleurie


Origines courantes
France (Corse)


Classification botanique
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Lamiales
Famille Lamiaceae
Genre Rosmarinus


Description botanique
Le romarin est un arbrisseau qui peut atteindre jusqu'à 1,50 m de hauteur, voire jusqu'à 2 m en culture mais il pousse essentiellement à l'état sauvage sur le pourtour méditerranéen. Il est reconnaissable en toute saison à ses feuilles persistantes sans pétiole, coriaces, beaucoup plus longues que larges, aux bords légèrement enroulés, vert sombre luisant sur le dessus, blanchâtres en dessous. Leur odeur, très camphrée, évoque aussi l'encens d'où il doit son nom « encensier » en provençal. La couleur des fleurs, qui se présentent en grappes assez semblables à des épis, varie du bleu pâle au violet. Leur calice est velu, à dents bordées de blanc. Elles portent deux étamines ayant une petite dent vers leur base. La lèvre inférieure de la corolle est profondément divisée, faisant penser au labelle de certaines orchidées. Comme pour la plupart des Lamiacées, le fruit est un tétrakène.
 

Mythologie / histoire / anecdotes
Le nom « romarin » viendrait du latin « ros marinus » (rosée de mer), ou bien du grec « rhops myrinos » (buisson aromatique), ou encore du lati...
Informations supplémentaires disponibles dans la monographie version longue.

Méthode d'obtention de l'extrait
Distillation par entraînement à la vapeur d'eau.


Constituants biochimiques
Monoterpènes : alpha-pinène (15-40%), camphène, limonène
Monoterpénols : bornéol (
Esters terpéniques : acétate de bornyle (
Cétones : camphre (1-15%), verbénone (10-40%)
Oxydes terpéniques : 1.8 cinéole (jusqu'à 20%)
 

Propriétés organoleptiques
Aspect : liquide mobile et transparent
Couleur : incolore à jaune pâle


Rosmarinus officinalis verbenone
Densité à 20°C
0,891-0,920


Point éclair
43°C


Rotation optique à 20°C
-2° to +25°


Indice de réfraction à 20°C
1,464-1,470


Notes olfactives / parfumerie
Notes de tête vertes et
fleuries légèrement camphrées


Voies de prédilection
Orale +++
Cutanée +++
Diffusion +
Inhalation ++


Propriétés en aromathérapie scientifique
Anticatarrhale, mucolytique +++
Régénérateur hépatique et drainant hépatique +++
Régulateur endocrinien +++
Lipolytique ++
Tonique cardiaque ++
Anti-infectieux ++
Antiseptique ++
Cicatrisant et régénérateur cutanée +++
Régulateur nerveux et cardiaque ++


Propriétés en aromathérapie énergétique
Aide à contrôler ses émotions. Apporte clarté de l'esprit et spirituelle.


Indications traditionnelles
Sinusites, bronchites
Insuffisance hépato-biliaire
Hépatite et entérite virales
Vaginites avec leucorrhées, bartholinites
Arythmie, tachycardie
Plexus noués, fatigues nerveuses, dépressions nerveuses
Cicatrice
 
 
Conseils d'utilisation / Posologie courante
En onction locale, diluée de 10 à 20% dans une huile végétale.
Utilisable en diffusion, associée à d'autres HE.
Voie orale : 1 à 2 gouttes diluées ou sur support neutre, 2 à 3 fois par jour (prudence en voie orale : sur indication).
 

Précautions d'emploi / Contre-indications
Cette HE contient des cétones neurotoxiques ; il faut donc la proscrire pour les bébés et le les femmes enceintes, et l'utiliser prudemment par voie orale (sur indication).
Respecter les doses physiologiques et les précautions d'emploi générales.
 

Cosmétique
Lipolytique, exfoliante, régulatrice des sécrétions sébacées. Idéale pour les cheveux gras.


Cuisine
Pas de référence trouvée.


Intérieur
Moyennement utilisée en diffusion. Peut parfumer agréablement un nettoyant surfaces maison mais préférer alors le chémotype à cinéole.


En savoir plus
Il existe trois chémotypes de Romarin officinal qui ont un lieu géographique de répartition privilégié et développent une spécificité biochimiq...
Informations supplémentaires disponibles dans la monographie version longue.

À retenir
Informations disponibles dans la monographie version longue.

Références / Bibliographie
L'aromathérapie exactement – P. Franchomme, R. Jollois, D. Pénoël – Editions Roger Jollois
Ma bible des huiles essentielles – D. Festy – Editions Leduc
Les huiles essentielles – Médecine d'avenir – Dr J.-P. Willem – Editions du Dauphin
L'aromathérapie énergétique, Guérir avec l'âme des plantes – Lydia Bosson - Editions Amyris
La nouvelle aromathérapie, caractérologie des essences et tempéraments humains – Philippe Mailhebiau – Editions Jakin



Cette plante est étudiée en détails dans les modules Myrtéa formations suivants :
- AROMATHÉRAPIE PRATIQUE NIVEAU 2 - LES HUILES ESSENTIELLES À USAGE SENSIBLE
- AROMATHÉRAPIE SUBTILE « c » - AROMA ET SOINS TRADITIONNELS DE L'INDE
- AROMATHÉRAPIE SUBTILE « b » - AROMA ET SOINS TRADITIONNELS CHINOIS
- AROMAZEN

 VOIR SUR
OSHADHI-MYRTÉA.COM



Les informations proposées dans l'Aromathèque Myrtéa formations sont synthétisées notamment à partir de livres de référence et ne doivent en aucun cas se substituer à un avis médical ou servir d'outil de diagnostique.




Cette monographie vous a plu ? Votez pour elle !

  • Currently 4.00/5

4.0/5 (7 votes)